“Une aube nouvelle se lève dans notre pays, portée par un vigoureux mouvement de la jeunesse. Ces prémices  sont porteuses d’espoir et surtout d’un meilleur avenir pour les nouvelles générations.

A ce titre, le redressement de l’économie nationale s’impose ! Pour nous,  exportateurs, ce développement ne se réalisera qu’en intégrant la promotion des exportations comme une des priorités  les plus  importantes de l’économie nationale.

Les faibles performances de nos exportations hors hydrocarbures sont d’abord le résultat d’une gouvernance économique qui a complètement ignoré et marginalisé la diversification de nos exportations. Une preuve, si l’en est : L’ordonnance 96-22 qui criminalise l’exportateur et qui suscite toute la méfiance de l’administration,  notamment celle du contrôle des changes.

Notre association est convaincue que l’Algérie nouvelle, réellement démocratique et moderne, devra entreprendre en urgence les réformes nécessaires pour mettre en œuvre les dispositifs pour améliorer l’environnement, simplifier les procédures et, in-fine, préparer, accompagner,  aider l’exportateur dans son parcours et réussir sa conquête des marchés extérieurs.

Ces dernières décennies, certains  pays, qui font partie, aujourd'hui,  du ‘’Club’’ des pays émergents, ont connu des transformations politiques et économiques d’une ampleur exceptionnelle. Dans le domaine politique, la transformation la plus remarquable a été le processus de transition de l’autoritarisme vers la démocratie, même si cette tendance n’est pas universelle.  Mais le changement économique qui s’en est suivi n’en a pas été moins remarquable. Et, même si beaucoup de ces pays ont connu de graves crises économiques et financières dans les années 1980 et 1990, la réponse à ces crises a été un profond changement de modèle économique. Tous les pays émergents ont connu le passage entre un modèle de développement économique conduit par l’État et tourné vers l’intérieur et un autre modèle, qui a mis  l’accent sur le marché, la propriété privée, et une grande ouverture au commerce extérieur et à l’investissement étranger. Cependant, le rôle de l’État n’a pas disparu. Bien au contraire, puisqu'il a joué plusieurs rôles en fonction des phases de développement et s’est adapté en étant successivement et parfois en même temps, planificateur et dirigiste, développeur et protecteur, libéral et régulateur.

L'ANEXAL,  force de propositions se tient à la disposition de la future gouvernance pour apporter sa  contribution comme elle l’a toujours fait,  en espérant, cette fois ci,  que cette association de patrons et chefs d’entreprises qui créent des richesses soit  écoutée.”

Ali Bey NasriPrésident de l’Association Nationale des Exportateurs Algériens